Image 01

Archive for the ‘Enfants’ Category

Nos épreuves peuvent nous rapprocher!

Wednesday, July 4th, 2012

Vous est-il déjà arrivé lorsque vous étiez petite, de penser que vos parents ne connaissaient rien, qu’ils ne savaient pas de quoi ils parlaient et qu’ils ne pouvaient pas vous comprendre. Enfant, on a souvent l’impression que nous sommes les seuls à vivre certaines situations et nous nous sentons bien démunis.

Avec les années et l’expérience on réalise qu’on n’est pas si différentes des autres. Selon notre propre échéancier, nous passerons tous au travers des mêmes étapes de vie. Nous ressentirons aussi tous les mêmes sentiments, mais à travers des circonstances différentes.

Comme nous à leur âge, nos enfants ne veulent pas se faire faire la morale. Si l’un d’eux passe un moment difficile, il est important de le laisser se raconter et de l’écouter. On pourra aussi le rassurer en lui racontant que nous aussi avons vécu quelque chose de semblable. «Je sais comment tu te sens, j’ai déjà été très déçue et en colère moi aussi lorsque j’avais ton âge quand…».

En partageant ainsi votre expérience avec votre enfant, il réalisera qu’il n’est pas seul. Vous serez aussi pour lui la preuve que l’on peut s’en sortir et que l’on peut aller mieux après une épreuve. De plus, se livrer ainsi peut contribuer à renforcer le lien qui vous unit.

Nos enfants n’ont souvent besoin que d’une oreille attentive et d’un modèle. Prendre le temps de les écouter et les aider à nommer les sentiments qu’ils ressentent ne peut que leur faire le plus grand bien.

Quel bonheur de réaliser que nos épreuves passées peuvent servir à aider nos enfants!

À bientôt,

Soyez heureuse!

Annie

Annie Carpentier,
Auteure, conférencière
Quel bonheur d’être une mère heureuse, Éditions Quebecor

Aider les enfants à se souvenirs!

Wednesday, June 27th, 2012

Quel bonheur de se souvenir! C’est pour moi une façon de me faire plaisir. Revivre dans ma tête des moments heureux me remplissent d’un grand sentiment de bien-être. C’est aussi un moyen efficace de faire baisser mon niveau de stress ou de m’aider à m’endormir.

Puisque c’est si bénéfique pour moi, j’encourage mes enfants à faire de même. Mais ce n’est pas aussi facile pour eux de se souvenir de tout le beau qu’ils ont dans leur vie, surtout pour les tous petits. Pour eux, une journée c’est long. Ils ne se souviennent parfois même pas ce qu’ils ont mangé au petit-déjeuner une fois le soir venu.

C’est donc à nous, en tant que maman, de les aider à développer le réflexe de se rappeler les petits bonheurs du jour. Une des meilleures façons de ne pas oublier nos souvenirs, c’est de les raconter. Cela peut être avec des paroles, des écrits, des dessins…

Inciter les enfants à nous raconter leur journée à tour de rôle pendant le souper est une bonne manière pour nous d’en faire ressortir les aspects positifs pour qu’ils s’en souviennent. On peut aussi demander à chacun d’eux ce qu’il a aimé le plus faire aujourd’hui. Parfois, installés devant une page blanche, les enfants nous demandent ce qu’ils pourraient bien dessiner. Pourquoi ne pas leur suggérer de dessiner le plus beau moment de leur fin de semaine.

J’ai une copine qui à tous les soirs avant d’aller dormir demande à ses enfants: «Qu’elles sont tes trois étoiles du jour?» Chacun de ses enfants lui raconte donc les trois choses qu’ils ont le plus appréciées de leur journée. Ils s’endorment donc avec le sourire et des pensées positives dans la tête. Je vous avoue que nous le faisons chez-nous très souvent. C’est toujours très agréable de savoir ce qui allume nos enfants.

Quel bonheur s’endormir avec le souvenir de ses trois étoiles du jour!

À bientôt,

Soyez heureuse!

Annie

 

Annie Carpentier,
Auteure, conférencière
Quel bonheur d’être une mère heureuse, Éditions Quebecor

Soyons toutes une top modèle!

Wednesday, May 23rd, 2012

Un jour, je racontais à une copine combien j’étais fière de la bonté et de la générosité de mes enfants.  J’avais été témoin d’un très gentil geste de leur part.  Elle m’a tout suite, répondu que c’était normal qu’ils soient si attentionnés envers les autres.  « Ils font comme toi tu es leur modèle ».

On sait toutes que l’on est un modèle pour nos enfants, mais c’était la première fois que je le réalisais vraiment.  Cela m’a également fait comprendre que si nos enfants imitent nos bons coups, ils reproduisent aussi les mauvais…

En s’observant, on réalise que les petits travers qu’on leur reproche sont souvent les nôtres.  Avant de les critiquer parce qu’ils laissent trainer leurs choses, demandez-vous si toutes les vôtres sont toujours bien rangées ; avant de leur dire qu’ils ne vous écoutent pas, demandez-vous si vous êtes constamment attentives à eux; avant de les sermonner parce qu’ils crient, demandez-vous si vous ne le faites pas vous aussi…

Vous constatez fort probablement que les comportements que vous reprochez le plus souvent à vos enfants en sont que vous leur enseignez régulièrement sans le vouloir.  Je sais, c’est difficile à admettre, mais le reconnaitre vous aidera à être un meilleur modèle pour vos enfants.

Depuis que j’ai pris conscience de ce fait, je garde des attentes réalistes face à mes enfants, mais j’exerce moins de pression sur eux.  Je comprends davantage que si ce n’est pas évident pour moi de toujours bien faire, ce n’est pas facile pour eux non plus.  Réaliser que tous nos gestes sont un modèle pour nos enfants devrait nous inciter à toujours faire de notre mieux.

Vous verrez quel bonheur c’est d’être une top modèle !

À bientôt,

Soyez heureuse !

Annie

Annie Carpentier,
Auteure, conférencière
Quel bonheur d’être une mère heureuse, Éditions Quebecor

Se raconter pour créer des liens!

Thursday, May 17th, 2012

Souvenez-vous, je suis convaincue que vous aussi, vous adoriez vous faire raconter la vraie vie quand vous étiez petites.  Enfant, mes sœurs et moi en redemandions toujours lorsque notre père, nos tantes ou notre grand-mère nous parlaient de leur jeunesse.

Nous nous sentions toujours importantes et privilégiées lorsqu’ils nous dévoilaient leurs « secrets » de famille.  Les surnoms de tous les frères et sœurs, qui avaient réellement fait le mauvais coup, qui était le plus tannant, le plus drôle ou bien la fois où…

Nos enfants ne sont pas différents de nous.  Alors pourquoi ne pas leurs offrir le privilège de connaître certains moments de notre vie qu’ils n’ont pas connus.  C’est un peu leur histoire qu’on leur raconte ainsi.  Ce qu’il y avait avant eux, comment nous avons grandi, comment papa et maman se sont rencontrés, comment c’était quand ils étaient petits…

C’est fascinant de voir leurs yeux s’illuminer quand on commence à leur parler du temps où on avait leur âge.  Comme par magie, ils développent un intérêt instantané pour ce que l’on dit.  Ils se régalent particulièrement de nos anecdotes comiques qu’ils rappelleront sans doute aux autres membres de la famille.

Partager les souvenirs de notre vie permet de créer une complicité avec nos enfants.  D’une certaine manière, cela leur démontre qu’on les considère assez pour leur confier nos souvenirs les plus précieux.

Quel bonheur ce sera pour vous de les entendre vous demander : « Maman, raconte-nous encore… »

À bientôt,

Soyez heureuse !

Annie

Annie Carpentier,
Auteure, conférencière
Quel bonheur d’être une mère heureuse, Éditions Quebecor

Vaut mieux être une bonne maman qu’une poule!

Wednesday, November 30th, 2011

On considère souvent le fait d’être une « mère poule » comme un compliment.  On veut toute être considérée comme une bonne maman qui prend bien soin de ses enfants.  Après tous, qu’y a-t-il à vouloir protéger nos petits et s’assurer que rien de grave ne leur arrive.

Veiller sur ses enfants est bien sûr le premier rôle d’une maman.  Certaines mères pensent que pour se faire, il faut leur éviter les problèmes et les défis.  S’assurer que rien ne leur soit trop difficile à faire, que rien ne les contrarie ou leur face de la peine.

Mais que feront-ils quand vous ne serez pas là pour leurs éviter les désagréments de la « vraie vie » ? Parce qu’on le sait, des déceptions et des difficultés tout le monde en rencontre tôt ou tard.  Pour ne pas se laisser abattre, il faut savoir gérer les épreuves.  En tant que mère nous nous devons de préparer nos enfants pour les obstacles qu’ils rencontreront.

Plutôt que de le faire pour eux, nous devons les aider à découvrir leurs propres outils. Nous devons les aider à se pratiquer à relever les défis, à s’encourager eux-mêmes quand ça ne va pas, à voir le bon côté des choses et à faire les bons choix pour eux-mêmes.  En leur confiant graduellement de plus grandes responsabilités, en leur accordant de nouveaux privilèges, en leur donnant des permissions additionnelles (tout en gardant un œil sur eux), ils développeront leurs propres capacités.

Je sais, ce n’est pas facile pour une mère de laisser ses petits devenir plus indépendants.  Mais vous verrez que vos inquiétudes seront plus faciles à contrôler quand vous constaterez que vos enfants se débrouillent bien et qu’ils deviennent de plus en plus responsables et épanouies.

Quel bonheur d’être un guide pour ses enfants ! Soyez fier d’être une bonne maman et pas une poule !

À bientôt,

Soyez heureuse !

Annie

Annie Carpentier,
Auteure, conférencière
Quel bonheur d’être une mère heureuse, Éditions Quebecor

Des plaisirs qui rendent vraiment heureux!

Thursday, November 3rd, 2011

Vous rappelez-vous de votre jeunesse ?  Quels sont les plus beaux souvenirs qui vous viennent en tête quand vous pensez à votre enfance ?  Font-ils référence aux vêtements que vous portiez, aux jouets que vous possédiez, à l’argent de poche que vous aviez ?  Je ne crois pas.  En générale, les plus beaux souvenirs nous viennent de moments agréables partagés avec d’autres.

Entant que parent, on veut donner ce qu’il y a de mieux à nos enfants.  On travaille fort pour leur offrir tout ce qu’on pense qui les rendront heureux.  On les habille comme des cartes de mode, on leur achète tous les nouveaux gadgets, on les amène voir les derniers films, on leur fait vivre des vacances de rêve…  Mais toutes ces dépenses ne sont pas ce qui rend vraiment heureux.

Bien souvent les souvenirs qui resteront gravés dans la mémoire de nos enfants et qui les feront sourires dans le futur sont bien plus simples.  Les plus grands plaisirs se trouvent souvent dans les petits moments partagés avec les gens qu’on aime.

Si on a les moyens de leur offrir un tas de choses coûteuses, c’est merveilleux, mais il faut que ce soit accompagné d’autre chose : d’une relation.  On peut offrir à notre famille un voyage dans le sud, mais si on passe la semaine à lire, se faire masser et prendre des bonnes bouffes pendant que les enfants sont à la garderie, ce voyage bien qu’il soit une expérience unique, ne deviendra pas un souvenir mémorable pour nos enfants.

Quel bonheur d’ajouter de beaux souvenirs à votre vie et à celles de vos proches tout simplement en partageant les moments de votre vie, des plus simples au plus extravagants.

À bientôt,

Soyez heureuse !

Annie

Annie Carpentier,
Auteure, conférencière
Quel bonheur d’être une mère heureuse, Éditions Quebecor

Repas heureux en famille!

Thursday, October 6th, 2011

Quel bonheur de prendre nos repas en famille.  Pour moi, c’est un moment privilégié que nous passons tous ensemble.  C’est un moment nous nous racontons notre journée, discutons de nos petits tracas et rions des mésaventures du jour.

Certaines se diront : « chez-moi, les repas c’est un cauchemar ! ».  Il est vrai que parfois il peut être difficile de maintenir l’harmonie autour de la table.  C’est pour ça qu’il faut établir des règles claires et simples.  On doit aussi jouer le rôle d’arbitre en s’assurant discrètement que tous prennent la parole.  Cela peut prendre un certain temps avant que tous collaborent bien au repas de famille, mais une fois que c’est fait, c’est le bonheur !

Plus cette habitude est instaurée tôt, plus il est facile de la poursuivre.  Avec le temps, ce sont même vos enfants qui s’assureront que les repas soient pris en famille.  Les enfants ont envie de raconter leur journée, nous faire part de leurs bons coups.  Ils peuvent aussi discuter entre eux, ce qui nous permet d’apprendre des choses qu’ils ne nous auraient pas dit autrement.

C’est aussi une bonne façon de démontre à nos enfants notre intérêt pour eux en les écoutant et en sachant ce qui se passe dans leur vie.  Les échanges sont plus relaxes et accessibles à tous autour d’un bon repas.

Bon appétit !

À bientôt,

Soyez heureuse !

Annie

 

Annie Carpentier,
Auteure, conférencière
Quel bonheur d’être une mère heureuse, Éditions Quebecor

Créer des liens de famille !

Friday, May 6th, 2011

Notre famille on ne la choisit pas… nos enfants ne nous ont pas choisis, pas plus qu’ils ont choisi leurs frères et sœurs.  Même si l’on porte le même nom de famille et que l’on habite sous le même toit, cela ne signifie pas d’emblé que tout le monde s’entend bien.

Quel bonheur de savoir que l’unité familiale, la bonne entente, l’affection, la complicité, l’amour fraternel et les liens familiaux peuvent se développer et s’entretenir. C’est en fait par nos habitudes familiales au quotidien que nous renforçons ou affaiblissons ces liens

On ne le réalise pas toujours, mais ce n’est pas à Noël et aux anniversaires que l’on crée les liens les plus solides.  Non, c’est à tous les jours dans le quotidien lorsque nous nous entraidons, s’encourageons, faisons équipe, se supportons, discutons, jouons, rions…

Entant que parent c’est à nous d’encourager les jeux, les sorties, les « travaux » quotidiens en famille plutôt que chacun s’occupe de façon indépendante.  Jouer aux cartes, faire une partie de Monopoly, marcher en forêt, pique-niquer, faire la vaisselle, ramasser les feuilles mortes… sont des activités qui, faites ensemble, contribuent à créer des liens.

L’idéal c’est de créer des habitudes de famille qui favorisent les rapprochements et la collaboration entre les membres des la famille.  Comme un « matin corvée » où chacun contribue, un repas de famille où chacun raconte quelque chose, une sortie nouvelle à tous les mois qu’un membre de la famille choisit à tour de rôle…

Quel bonheur ce sera quand vos enfants vous surprendront à vous faire penser de ne pas oublier le souper du dimanche soir!

À bientôt,

Soyez heureuse !

Annie

Annie Carpentier,
Auteure, conférencière
Quel bonheur d’être une mère heureuse, Éditions Quebecor

Maman n’est pas obligée d’aller travailler, mais elle aime ça!

Thursday, March 17th, 2011

Quel bonheur de se rendre au travail à tous les jours !  Pour plusieurs, notre emploi est une source de fierté, de satisfaction et d’accomplissement.  Notre travail est aussi une excellente source de vie sociale.  Alors, pourquoi nous sentons-nous aussi coupable d’aller travailler ?

Souvent, on a l’impression de délaisser nos enfants et de les abandonner pour la journée.  Ce n’est pas du tout le cas.  La plupart des mamans choisissent avec soin l’endroit où elles font garder leurs enfants.  Ils sont donc entre bonnes mains.  Ils jouent toute la journée et apprennent un tas de chose.  Se faire garder est aussi pour eux une source de vie sociale.

Il faut se déculpabiliser d’aller travailler.  Une bonne manière de le faire c’est d’être franche avec nos enfants.  Il faut bien sûr leur expliquer que maman va travailler parce qu’elle doit gagner des sous pour payer la maison, l’épicerie, les cadeaux de fête…  Il faut aussi leur dire qu’on aime aller travailler!   « J’adore passer du temps avec toi, mais j’aime aussi mon travail.  Toi aussi quand tu seras grand tu auras un emploi que tu aimeras.»

On doit aussi rassurer nos enfants en leur disant que le jour nous avons chacun nos activités.  Le soir et les fins de semaines sont les moments pendant lesquels on passe du temps avec eux.

Alors, allez travailler avec plaisir pour retrouvez vos enfants avec bonheur en fin de journée !

À bientôt,

Soyez heureuse !

Annie

Annie Carpentier,
Auteure, conférencière
Quel bonheur d’être une mère heureuse, Éditions Quebecor

Moi, je vais t’aimer toujours!

Wednesday, March 9th, 2011

Nos enfants sont adorables.  Ils sont pour leur maman une source intarissable de beaux petits moments.  Ils savent nous faire rire et sourire, nous émouvoir et nous faire sentir comme la meilleure maman du monde.  Quel bonheur !

Nos enfants peuvent aussi devenir des êtres cruels utilisant les paroles blessantes comme des armes.  Quand ils sont en colère et qu’ils nous attribuent la responsabilité de leur frustration, leurs paroles peuvent dépasser les limites. Tous les enfants, à un moment de leur vie, vont finir par utiliser ces phrases assassines : «  Je ne t’aime plus !  Je ne t’aimerai plus jamais !  T’es plus ma mère ! »

Il est très souffrant pour une maman d’entendre ses mots.  On a la forte impression  que notre cœur de mère se resserre à l’intérieur de notre poitrine… ça fait très mal. Nos enfants, eux ne réalisent pas combien la puissance de leurs mots peut nous blesser.  C’est pour cette raison qu’il faut se ressaisir.

Mon truc : feindre l’indifférence et confirmer à mon enfants mon amour inconditionnel.  Je réplique toujours à ce genre d’insulte avec un ton sûr de moi : « Et bien moi, je t’aime et je vais t’aimer toujours.  Même si ton comportement me déçoit, toi je t’aime de tout mon cœur !»

La stratégie inconsciente de l’enfant est de faire en sorte que la maman se sente coupable pour ensuite qu’elle obéisse à tous ses désirs de petit.

En ayant toujours une réponse d’amour à ses tentatives de manipulation, notre enfant finira par réaliser que malgré le fait qu’on lui refuse un privilège, qu’on l’empêche de se coucher plus tard, qu’on ne lui donne pas la permission de faire une activité…  nous l’aimons quand même.

Les enfants ont besoin que nous les guidions avec des règles claires, mais notre supervision doit être accompagnée de notre amour inconditionnel pour être vraiment efficace.

À bientôt,

Soyez heureuse !

Annie

Annie Carpentier,
Auteure, conférencière
Quel bonheur d’être une mère heureuse, Éditions Quebecor
 
Suivez-moi sur:
CONFÉRENCES À VENIR
Visitez l'onglet "Conférence" dans la section "Inspiration" pour connaître les dates des prochaines conférences publiques.