Image 01

Archive for May, 2012

Soyons toutes une top modèle!

Wednesday, May 23rd, 2012

Un jour, je racontais à une copine combien j’étais fière de la bonté et de la générosité de mes enfants.  J’avais été témoin d’un très gentil geste de leur part.  Elle m’a tout suite, répondu que c’était normal qu’ils soient si attentionnés envers les autres.  « Ils font comme toi tu es leur modèle ».

On sait toutes que l’on est un modèle pour nos enfants, mais c’était la première fois que je le réalisais vraiment.  Cela m’a également fait comprendre que si nos enfants imitent nos bons coups, ils reproduisent aussi les mauvais…

En s’observant, on réalise que les petits travers qu’on leur reproche sont souvent les nôtres.  Avant de les critiquer parce qu’ils laissent trainer leurs choses, demandez-vous si toutes les vôtres sont toujours bien rangées ; avant de leur dire qu’ils ne vous écoutent pas, demandez-vous si vous êtes constamment attentives à eux; avant de les sermonner parce qu’ils crient, demandez-vous si vous ne le faites pas vous aussi…

Vous constatez fort probablement que les comportements que vous reprochez le plus souvent à vos enfants en sont que vous leur enseignez régulièrement sans le vouloir.  Je sais, c’est difficile à admettre, mais le reconnaitre vous aidera à être un meilleur modèle pour vos enfants.

Depuis que j’ai pris conscience de ce fait, je garde des attentes réalistes face à mes enfants, mais j’exerce moins de pression sur eux.  Je comprends davantage que si ce n’est pas évident pour moi de toujours bien faire, ce n’est pas facile pour eux non plus.  Réaliser que tous nos gestes sont un modèle pour nos enfants devrait nous inciter à toujours faire de notre mieux.

Vous verrez quel bonheur c’est d’être une top modèle !

À bientôt,

Soyez heureuse !

Annie

Annie Carpentier,
Auteure, conférencière
Quel bonheur d’être une mère heureuse, Éditions Quebecor

Se raconter pour créer des liens!

Thursday, May 17th, 2012

Souvenez-vous, je suis convaincue que vous aussi, vous adoriez vous faire raconter la vraie vie quand vous étiez petites.  Enfant, mes sœurs et moi en redemandions toujours lorsque notre père, nos tantes ou notre grand-mère nous parlaient de leur jeunesse.

Nous nous sentions toujours importantes et privilégiées lorsqu’ils nous dévoilaient leurs « secrets » de famille.  Les surnoms de tous les frères et sœurs, qui avaient réellement fait le mauvais coup, qui était le plus tannant, le plus drôle ou bien la fois où…

Nos enfants ne sont pas différents de nous.  Alors pourquoi ne pas leurs offrir le privilège de connaître certains moments de notre vie qu’ils n’ont pas connus.  C’est un peu leur histoire qu’on leur raconte ainsi.  Ce qu’il y avait avant eux, comment nous avons grandi, comment papa et maman se sont rencontrés, comment c’était quand ils étaient petits…

C’est fascinant de voir leurs yeux s’illuminer quand on commence à leur parler du temps où on avait leur âge.  Comme par magie, ils développent un intérêt instantané pour ce que l’on dit.  Ils se régalent particulièrement de nos anecdotes comiques qu’ils rappelleront sans doute aux autres membres de la famille.

Partager les souvenirs de notre vie permet de créer une complicité avec nos enfants.  D’une certaine manière, cela leur démontre qu’on les considère assez pour leur confier nos souvenirs les plus précieux.

Quel bonheur ce sera pour vous de les entendre vous demander : « Maman, raconte-nous encore… »

À bientôt,

Soyez heureuse !

Annie

Annie Carpentier,
Auteure, conférencière
Quel bonheur d’être une mère heureuse, Éditions Quebecor

Vive la solitude!

Wednesday, May 9th, 2012

Quel bonheur d’être seule… ou plutôt d’être avec soi-même. Nos vies sont déjà bien remplies avec la famille, le travail, les amies, les activités, les responsabilités… En plus de tout ça certaines vont en rajouter pour éviter à tout prix d’être seule.

Avec le rythme de vie qui ne cesse de s’accélérer, beaucoup sont inconfortables avec la solitude. On a l’impression que ce n’est pas « cool » et on la considère presque comme une maladie honteuse. On s’imagine que le fait d’être seule signifie que personne ne veut notre compagnie. Allumer la télévision ou la radio, s’inventer mille et une choses à faire simplement pour ne pas ressentir le vide que la solitude peut occasionner, voilà la stratégie de plusieurs… et je l’avoue, je l’ai déjà fait.

La solitude n’est bien sûr pas très populaire. Pour les personnes qui en souffrent, c’est un état très difficile à vivre au quotidien. Mais pour les mamans occupées, la solitude est parfois nécessaire et fait du bien. En fait, c’est un petit luxe que l’on devrait se payer régulièrement. C’est un temps privilégié à s’offrir en notre compagnie.

On peut profiter de nos moments de solitude pour faire des activités ou des loisirs qui nous font plaisir, prendre soin de soi ou simplement ne rien faire… Mais l’on devrait surtout privilégier tout ce que l’on ne peut pas faire avec les autres comme : laisser notre esprit vagabonder, prendre le temps de réfléchir, se questionner, relaxer, méditer, rêver…

Il ne faut pas voir la solitude comme un vide, mais plutôt comme un espace à découvrir. Si c’est difficile pour nous d’être seule, il faut y aller graduellement. Commencez par profiter de petits instants de solitude en vous gâtant et vous pourrez vous dire : « Quel bonheur d’être seule ! »… à l’occasion

À bientôt,

Soyez heureuse !

Annie

Annie Carpentier,
Auteure, conférencière
Quel bonheur d’être une mère heureuse, Éditions Quebecor

Mettre sa tête à « off »!

Wednesday, May 2nd, 2012

Est-ce qu’il vous arrive de ne pas pouvoir arrêter votre cerveau de penser ?  Avez-vous parfois l’impression que le petit hamster qui tourne dans votre tête est infatigable ?  On pense au souper de demain, au classement qu’on a à faire, à la réunion de parent, à la partie de soccer de fiston, à la fête de la petite, à la décoration qu’on aimerait dans notre chambre et qu’il faudrait bien inviter les amis bientôt…

En fait, les idées se bousculent tellement rapidement dans notre tête, qu’on n’arrive simplement pas à se détendre.  Quand cela se produit on ne peut pas se concentrer sur le texte qu’on lit ou l’émission de télé que l’on écoute, on ne peut pas relaxer dans un bon bain…  On essaie, mais les pensées reviennent sans cesse se bousculer dans notre tête.

Mon truc pour que mes méninges puissent se détendre ; c’est de faire une activité simple qui ne me demande pas de réfléchir, mais pour laquelle je dois être concentrée.  J’occupe ainsi mon cerveau qui n’a plus le temps de penser à autre chose.  Comme la tâche est facile, ça ne me fatigue pas trop la tête.

Lorsqu’on débute, on pense encore un peu.  Puis à un moment notre cerveau se concentre sur la tâche et on commence à se détendre.  Peindre, tricoter, décaper, sarcler, faire des mots cachés… ce sont toutes des activités qui nous permettent de se vider l’esprit.

À vous maintenant de trouver l’activité qui vous aidera à mettre votre cerveau à « off » et vous permettra de dire : « Quel bonheur de se vider la tête ! »

À bientôt,

Soyez heureuse !

Annie

Annie Carpentier,
Auteure, conférencière
Quel bonheur d’être une mère heureuse, Éditions Quebecor
 
Suivez-moi sur:
CONFÉRENCES À VENIR
Visitez l'onglet "Conférence" dans la section "Inspiration" pour connaître les dates des prochaines conférences publiques.